Viet Nam

Le Viêt Nam fut occupé par les Japonais en 1941. À la fin la guerre, les Français occupèrent de nouveau leur ex-colonie mais durent faire face à une forte résistance. Vaincus à Dien Bien Phu, ils durent abandonner la région dont l’avenir fut alors décidé par les Accords de Genève de 1954 qui stipulaient une division temporaire du Viêt Nam et la tenue d’élections avant la fin de l’année 1956 afin de donner naissance à un pays unifié, indépendant et neutre.

En 1956, avec le soutien des Etats-Unis, le président du Viêt Nam du Sud, Ngo Dinh Diem, refusa la tenue des élections ; le Viêt Nam du Nord fut à son tour déclaré République démocratique par Ho Chi Minh, avec Hanoï pour capitale.

Le Viêt Nam du Sud vit se développer une guérilla soutenue par le Viêt Nam du Nord et par de nombreux mouvements bouddhistes. Diem fut chassé par un coup d’Etat mené par les militaires qui, bénéficiant de plus en plus du soutien américain, luttèrent sans merci contre la guérilla.

En 1964 (plus de 200 000 militaires américains étaient alors déjà présents sur le sol vietnamien), l’aviation américaine se mit à bombarder le Nord afin de détruire les accès de ravitaillement de la guérilla.

Les initiatives visant à trouver une solution pacifique à ce conflit furent d’autant plus nombreuses que ce dernier constituait une sérieuse menace pour la paix dans le monde. Aux Etats-Unis et dans plusieurs autres pays occidentaux, une contestation de plus en plus forte s’éleva contre l’action américaine.

Le front contestataire soutenait Le Front de Libération National (composé de plusieurs partis défendant des idéologies différentes, allant des communistes aux pacifistes catholiques ou aux bouddhistes). C’est dans ce contexte que La Pira oeuvra en 1965.

Cliquer ici pour accéder à la section suivante:

La Pira au Viet Nam