Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

Une initiative oecuménique (1963)

 


Lors de la préparation de la première session du Concile, La Pira avait déjà réalisé un voyage pour rencontrer des métropolites et des patriarches des églises orientales.

À l’approche de la seconde session, après avoir mené les sondages nécessaires, il estime qu’il est temps d’organiser à Florence un événement commémoratif du Concile de Florence. D’éminents représentants de l’Église orthodoxe pourraient ainsi être en Italie pendant la période conciliaire et rencontrer des évêques catholiques.

Une campagne de presse irréfléchie et une prise de position tout aussi irréfléchie de l’archevêque Florit rendirent cette initiative impossible alors qu’elle aurait eu une extraordinaire importance symbolique.

La Pira exprime sonr regret en écrivant au Pape:

[…] Je me suis dit : supposons que les Patriarches catholiques et orthodoxes (ceux de Constantinople, de Moscou et tous les autres) viennent à Florence (pour un acte de vénération commune), supposons que le Saint Père (le Patriarche d’Occident) soit présent de façon directe ou indirecte à cette « rencontre » près de la tombe du Patriarche Joseph (question : pourquoi le Seigneur l’a-t-il fait mourir à Florence, précisément à la fin du Concile ?).

Ce fait, cette simple rencontre de prière et d’espérance ne constituerait-elle pas – seulement parce qu’elle a lieu – un signe évident de l’unité qui progresse, de l’unité qui approche ?

[…] Cela me semble mériter la réflexion : la situation particulière de Florence aujourd’hui dans le monde (y compris pour « les pays socialistes » et l’URSS) la rende adaptée, me semble-t-il, pour rendre ce service destiné à hisser face au monde l’étendard de l’unité de l’Église (d’Orient et d’Occident) et de la paix des nations.