Théologie de l'histoire



L’idée à l’origine de la réflexion de La Pira est celle d’Isaïe (« de leurs épées, ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances des faucilles»), au sens que toute l’Histoire converge de manière mystérieuse vers le « dessein finale » du shalom du Seigneur.

ImagePour La Pira, le devoir du chrétien est celui de faire une lecture de l’Histoire de l’Humanité à la lumière des perspectives qu’offre l’Histoire sainte. Ce thème est souvent abordé dans les lettres adressées aux monastères de religieuses cloîtrées du monde entier (voir: Pour une lecture théologique de l’Histoire).

Pour La Pira, « l’historiographie du profond » est une clé d’interprétation des évènement historiques et, en conséquence, un signal pour agir : dans cette voie,  la médiation est une étape importante – laïque car politique et donc privée de tout caractère fondamentaliste – accomplie avec tous les moyens offerts dans cette situation précise.

« Le fleuve de l’Histoire poursuit sa course inexorablement, au travers de méandres douloureux, vers la paix, l’unité et la valorisation des peuples. Voilà l’axiome, l’étoile du Nord qui doit orienter la politique des États dans cette phase terminale (atomique, spatiale, écologique, démographique) du Monde ».

 

Sur cet argument, voir également :

un discours de 1962 

une lettre de 1968 envoyée à Pino Arpioni 

une conférence de 1970