Pour une Europe dénucléarisée


 

Les « Tables rondes Est-Ouest » étaient une des nombreuses initiatives régulièrement organisées en Europe de l’Est et de l’Ouest pour maintenir le dialogue ouvert entre les hommes de culture et les responsables politiques provenant des pays de l’OTAN, du Pacte de Varsovie et des pays non alignés (ces responsables intervenaient formellement à titre purement privé). La direction était scandinave et avait d’importants contacts qui favorisaient la présence de personnalités de haut rang.

La Pira avait été invité à la table ronde de Moscou et avait par la suite accueilli à Florence la réunion suivante. Lors de la session de 1965 (à Belgrade), il ne put intervenir mais fit parvenir le texte d’une réflexion dans laquelle il envisageait le rôle (alors inimaginable) qu’aurait pu et dû jouer une Europe dénucléarisée et pacifique …par rapport à la géographie toujours plus étendue du désarmement, c’est-à-dire en ce qui concerne la croissance ordonnée, l’extension ordonnée des zones dénucléarisées, des « îles de paix » qui deviendront progressivement des continents entiers jusqu’à s’étendre à toute la planète ! Une Europe progressivement dénucléarisée ? Devenue progressivement, de façon ordonnée, une grande « île de paix » ? Le « continent de la paix » ?

[…] Utopie ? Rêve ? Ou bien au contraire la seule voie pour vaincre la guerre et construire la paix? La voie de l’ère atomique, de l’époque où « la guerre » n’est pas possible (la guerre par définition : la guerre atomique) et où « les guerres » n’ont pas de sens – les guerres contrôlées ! –les résidus d’une époque politique et militaire archaïque destinée à un crépuscule rapide et inéluctable !