Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

A l'oncle Luigi

 

 

ImageL'oncle Luigi Occhipinti, qui accueillit le petit Giorgio à Messine et le garda auprès de lui presque jusqu’à la fin de ses études universitaires, est considéré par La Pira comme un second père (… à vous en particulier, cher oncle, à qui me lient des liens de véritable affection filiale, je ne peux cesser de souhaiter que tout le bien du monde envahisse votre cœur : pour soulager vos jours et pour que vous ayez un avenir toujours meilleur…).

Mais une certaine préoccupation accompagne cette grande gratitude. L’oncle Occhipinti reste en effet hostile à l’Église et à ce qu’il considère comme les « excès » de la foi de son neveu qui, de son côté, ne cesse de l’inciter à revoir ses positions.

[…] Cher oncle, je vous prie d’envisager votre vie depuis ce point de vue : envisagez la raison pour laquelle vous m’avez appelé à Messine alors que je n’étais encore qu’un enfant âgé de dix ans (me permettant ainsi de m’intégrer, grâce aux études, au sein du corps social et dans le cours dramatique de l’histoire du monde !). Envisagez toute votre activité, menée sans répit, à partir de ce point de vue, tout le bien que vous avez fait en de si nombreuses directions et pendant de si longues années, la générosité désintéressée qui a caractérisé toute votre vie. (…)

[…] Le moment de votre retour « formel » au sein de l’Église du Seigneur, au sein du corps du Christ auquel vous appartenez depuis votre baptême, est venu. Il s’agit d’un retour riche de joie et de nombreux témoignages, d’un retour confirmé par de nombreux résultats. Le Seigneur vous appelle, avec toutes ces « voix » qui, de partout, s’adressent à vous. Il vous appelle à entrer, heureux, dans Sa citadelle, cité de grâce, de paix, d’amour et d’espérance, préfiguration et anticipation de la cité éternelle.

En cliquant ici on peut lire des passages d'une lettre (le travail de représentant) que Giorgio écrit à son oncle en 1925 lorsqu'il travaillait chez lui, tout en pousuivant ses études.