Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

Le Concile, nouvelle Pentecôte (1962)

 


À l’occasion de l’ouverture du Concile œcuménique Vatican II, La Pira écrit une lettre circulaire aux monastères de clôture dans laquelle il souligne toutes les caractéristiques «révolutionnaires» que le Concile s’apprête à apporter à l’Église.

[…] les évêques (c’est-à-dire les Églises, les peuples, les nations et les civilisations) de tous les continents seront présents (pour la première fois, en un certain sens, dans l’histoire de l’Église et des conciles). Il y aura des « observateurs » (participants au même mystère du Christ) des Églises séparées d’Orient et d’Occident ainsi que d’Israël […], peut-être même, qui sait, d’Ismaël […] et de toutes les nations !

[…] Un concile pour la première fois « ouvert » sur le cosmos (sur les immenses espaces célestes que la science et la technique – obéissant au commandement de Dieu ! – ont ouvert à la croissance spirituelle et civile des peuples). Un concile pour la première fois « ouvert » (quelle nouveauté !) en direction, « prophétique » et paulinienne, d’Israël (et d’Ismaël), « ouvert » vers tous les espaces (si vastes) occupés par les peuples et les nations de tous les continents qui sont, comme on dit, montés sur l’« avant-scène » de l’histoire au cours de ces années et qui sont destinés à devenir, d’une certaine façon, les acteurs les plus vivants de l’histoire présente et future de l’Église et du monde !

Un concile « ouvert » – pour séparer le bon grain de l’ivraie – vers tous les courants les plus actifs de la pensée « sociale » (dans le sens le plus vaste du terme), qui traversent les peuples de toute la Terre, qui ont une influence si décisive et toujours plus importante pour l’édification – dans la justice, dans l’espérance, dans le progrès et dans la liberté – d’une science nouvelle, d’une culture nouvelle et d’une société nouvelle.

Chère Mère Supérieure, nous n’« imaginons » pas suffisamment, nous ne réussissons pas encore à nous rendre compte suffisamment des « dimensions » spirituelles et historiques démesurées que le Seigneur réserve à ce concile.