Le Code social de Camaldoli

 

Le document connu sous le nom de « Code social de Camaldoli » a pour titre original Pour la communauté chrétienne. Du 18 au 24 juillet 1943, un groupe d’intellectuels catholiques – laïques et religieux – se réunirent au monastère bénédictin de Camaldoli sous la présidence de Mgr. Adriano Bernareggi, assistant ecclésiastique des lauréats de l’Action Catholique, avec l’intention d’échanger des idées et de réfléchir sur le thème du magistère social de l’Église concernant les problèmes de société, de rapports entre les individus et l’État, entre espace public et liberté individuelle.

Le but de cette rencontre était de rédiger un texte de culture sociale qui actualise le 

ImageCode social de Malines, première tentative de doctrine sociale catholique faite par l’Union internationales d’Études Sociales de Malines, en Belgique, sur la base précisément des contributions apportées au cours de la semaine du séminaire auquel Giorgio La Pira participa activement. 

Le 25 juillet et les évènements qui suivirent apportèrent des changements dans le programme de travail qui prévoyait initialement une très grande participation ; la rédaction fut confiée à Sergio Paronetto, à Pasquale Saraceno, à Ezio Vanoni et à Giuseppe Capograssi qui l’achevèrent en 1944 ; la publication eût lieu en 1944. 

L’œuvre se divise comme suit :
•    Énoncés
•    Présentation
•    Préambule sur les fondements spirituels de la vie sociale
•    I – L’État
•    II – La famille
•    III – L’éducation
•    IV – Le travail
•    V – Production et échanges
•    VI – Activité économique
•    VII – Vie internationale

Une des principales caractéristiques du « Code » consiste à placer la justice sociale et la garantie des libertés  parmi les premiers objectifs qu’un État doit se fixer. Cette conception eût une influence incontestable sur les intellectuels catholiques de la branche « sociale » de la Démocratie Chrétienne et, à travers eux, sur la rédaction  du texte de la Constitution Italienne.