Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

La Pira et le Concile



Dès le début des années cinquante, La Pira, maire de Florence, évoque le Concile oecuménique de Florence de 1439, connu également sous le nom de « Concile de l’Union ».

La Pira voit dans cet évènement historique exceptionnel la vocation médiatrice de la ville de Florence qui, grâce à plusieurs de ses initiatives (Congrès pour la Paix et la Civilisation chrétienne ; Colloques Méditérranéens; etc.) désignées sous le nom de « Conciles des Peuples et des Nations », devient une ville qui oeuvre en faveur de la paix.

S’il est vrai que les accords définis au cours du Concile de 1439 eurent une brève existence, pour La Pira cet acte d’unité chrétienne « n’est pas un évènement du passé mais une graine qui n’a pas encore germé. Il faut savoir être patient : aucune graine n’est condamnée sur la terre et dans l’Histoire de Dieu ».

C’est la raison pour laquelle La Pira accueillit avec une immense joie l’annonce faite par Jean XXIII de l’ouverture du Concile Vatican II. C’est aussi la raison pour laquelle il oeuvra tous les jours pour contribuer au succès de cet évènement très important pour l’Église et pour les peuples du monde entier.

En sa qualité de maire, il souhaita que les Florentins furent pleinement conscients de l’importance de cet évènement et, pour cela, il organisa des conférences avec des intervenants reconnus au niveau international, parmi lesquels on peut citer Féret, Danielou, Balducci, Congar, et qu’il envoya des lettres aux citoyens, aux artistes, aux jeunes et aux moins jeunes, aux ouvriers et aux curés . Il fit de même avec les autorités spirituelles et politiques les plus influentes du monde entier.

On comprend alors pourquoi La Pira vit dans le Concile de Vatican II un évènement semblable au premier Concile, quelque chose qui ressemblait à la Pentecôte