La Paque de 1924

 

[…] pourquoi ne pas recevoir dans ton âme sacramentelle, ce Dieu qui par amour s’est caché sous forme de pain ? Quelle douceur ineffable, crois-le, pour les âmes qui s’approchent avec foi et désir de la sainte Communion. C’est l’aube d’une nouvelle vie.

Je n’oublierai jamais la Pâque de 1924 au cours de laquelle, j’ai reçu Jésus-Eucharistie. J’ai senti circuler dans mes veines une innocence si pleine que je ne pouvais pas retenir mon chant et mon bonheur démesuré .

Voici donc mon appel, qui est le même appel de Jésus et de Marie: si tu veux,  de bonne heure demain matin, nous pourrions nous rencontrer à l'Église de S.Salvatore  et recevoir ensemble le pain de Dieu, qui sera le ciment de notre amitié. (S. Augustin dit, en parlant de l'Eucharistie: vinculum  unitatis! E S. Thomas dit: O sacrum convivium, in quo Christus sumitur,  recolitur memoria passionis eius, mens impletur gratia et futurae gloriae nobis pignus datur.

Si tu es d'accord, demain  matin en te levant remplis ton coeur de joie et de chants, de manière que, quand Jésus viendra prendre possession de ton âme, puisse y trouver la pureté  qui est un spectacle de joie pour les anges et les hommes (angelis spectaculum et hominibus).

Pardonne-moi, cher Toto, si l'affection me pousse à demander encore plus à ton âme, mais je suis sûr qu' une nouvelle page va s'ouvrir dans le livre de ton histoire intime.

(lettre de 1931)