La crise et le role des villes

 

 

 

À l’Assemblée des communes d’Europe, tenue à Venise en octobre 1954, Giorgio La Pira prononce le 20 de ce mois un discours dans lequel il expose avec clarté la vocation de paix des villes européennes :

[…] Messieurs, je vous pose la question suivante : une des causes fondamentales de cette crise – une crise qui touche les conceptions essentielles de la personne humaine, de la société humaine, de l’histoire humaine – ne réside-t-elle pas dans la crise de la cité ?

Crise de déracinement comme cela a été dit avec justesse : déracinement de la personne de la ville dont chacun tire perfection et mesure !

Parce que la personne humaine est d’une certaine façon définie par la ville dans laquelle elle s’enracine : comme la plante dans son champ.

La ville avec ses dimensions, son rythme, ses maisons, ses rues, ses places, ses usines, ses écoles, rentre en quelque sorte dans la définition de l’homme ! […]

Ville-mesure : voilà ce que sont les villes d’Europe. Leur vocation permanente réside dans cette mesure précieuse qu’elles sont destinées à diffuser sur tous les continents et à transmettre aux siècles prochains et aux générations futures […].