Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

Je ne peux pas me taire (25/12/1953)


Dans certains passages du message de Noël du pape Pie XII, La Pira se sent implicitement accusé à propos de son action politique dans le conflit relatif à la Pignone, notamment quand il y est question des « quasi commissaires-priseurs charismatiques ». Cette phrase avait évidemment été interprétée comme un reniement du maire et un rappel sévère à une politique résolument anticommuniste, sans indulgence pour les initiatives sociales. La réponse de La Pira est prudente mais ferme :

[…] comment puis-je rester à la tête d’une ville où est abattu – où on a au moins tenté d’abattre – tout le système industriel (les trois industries fondamentales de la ville) ?

La marée de licenciés et leurs familles viennent chez moi, au Palazzo Vecchio. Ils viennent trouver le maire qui s’occupe de gouverner la ville, un maire démocrate-chrétien pensent-ils, et ils me demandent de l’aide et une assistance !

Et qu’est-ce que je peux faire ? Que dire ? Parler de « conjoncture économique » ? Très Saint Père, il y a un si grand mensonge cruel sous ces mots raffinés ! Parler de « restructuration » ! Moi qui connais les réelles possibilités de travail des entreprises, moi qui connais le tissu d’immoralité et d’iniquité qui se cache souvent sous ces mots qui semblent pudiques alors que ce sont des sépulcres repeints !

[…] Je ne pourrai jamais approuver l’iniquité. Je ne connais pas la technique du « mécanisme politique et diplomatique ». J’ai parlé franchement aux fascistes. J’ai parlé encore plus franchement aux communistes. Et je parle aussi franchement aux propriétaires qui ne sont pas conscients des graves responsabilités liées aux talents que Dieu leur a confiés.

Je ne peux pas assister impuissant aux injustices qui sont commises sous l’apparence de la loi.