Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /var/www/clients/client2/web3/web/includes/menu.inc).

Firenze et le Concile

 

La Pira voulait que la ville de Florence soit consciente de l’importance du Concile, non seulement pour l’Église, mais pour le monde entier, et qu’elle participe à l’événement.Aussi organisa-t-il une série de conférences et invita des théologiens et des penseurs à venir parler dans le Salone dei Cinquecento bondé du Palazzo Vecchio.

Lors de l’inauguration de cette série de rencontres, il en expliqua le sens :


ImageNous croyons (et c’est là notre «hypothèse de travail») en la venue d’une époque historique caractérisée par l’unité et la paix (et, donc, par la « floraison ») de tous les peuples et de toutes les nations de la Terre, dans la transcription historique de l’annonciation d’un espoir surnaturel et historique offert – de loin – par les Prophètes de l’Ancien et du Nouveau Testament (d’Isaïe à saint Paul en passant par saint Jean).

Nous croyons, en interprétant le message de Pie XII et de Jean XXIII, que cette époque a (malgré tout) déjà commencé et qu’elle s’épanouira en un « été historique » comme le genre humain n’en a jamais connu ! (…)

Voilà comment Florence envisage le Concile Vatican II : comme un gigantesque événement destiné à agir profondément sur l’histoire présente et future non seulement de l’Église et de la Chrétienté, mais aussi sur celle de tous les peuples de la Terre. « Porte d’entrée » de la nouvelle époque, « phare » destiné à marquer les points cardinaux qui orientent la navigation historique de toute la famille des peuples. Et, comme le Concile de Jérusalem, il a devant lui le monde entier. (…)

À la lumière de ce message (et de cette « hypothèse de travail »), nous voyons le lien idéal, en un sens organique, qui relie le Concile œcuménique Vatican II et le Concile de Florence de 1439, qui fut justement, outre ses résultats immédiats, le concile de l’unité et de la paix des deux parties consubstantielles du corps de l’Église et des nations, l’Église d’Orient et l’Église d’Occident !